Balade curieuse autour des « Mégalithes » de Porspoder

posté le 19/09/2021 par Camille vue(s)266

Sites visités lors de la balade et temps d’échanges sur le patrimoine mégalithique de Porspoder

Sites visités lors de la balade et temps d’échanges sur le patrimoine mégalithique de Porspoder

Les menhirs de Kerouezel (à gauche) ou de Mezdoun (à droite) sont masqués par les maïs

Les menhirs de Kerouezel (à gauche) ou de Mezdoun (à droite) sont masqués par les maïs

Dolmen de Poulyot (à gauche) et menhirs de Traonigou (à droite)

Dolmen de Poulyot (à gauche) et menhirs de Traonigou (à droite)

Saint-Dénec

Saint-Dénec

Saint-Dénec

Saint-Dénec

Visite à Saint-Dénec de deux élus : Marie Hascoët et Manuel Combes après la pose des ganivelles autour des mégalithes.

Visite à Saint-Dénec de deux élus : Marie Hascoët et Manuel Combes après la pose des ganivelles autour des mégalithes.

Balade curieuse autour des « Mégalithes » de Porspoder

posté le 19/09/2021 par Camille vue(s)266

Le dimanche 12 septembre, l’association Agit’Glaz a organisé une balade curieuse autour des « Mégalithes », ouverte aux adhérents. Sous la forme d’une balade à vélo, cette sortie a été riche d’échanges entre archéologues, amateurs et curieux. Elle a permis de sensibiliser jeunes et moins jeunes au riche patrimoine mégalithique de Porspoder mais aussi à l’importance de son environnement.

 

En fin d’été, la culture des maïs rend complètement inaccessible et masque plusieurs des menhirs les plus monumentaux, bien qu’ils ne soient pas très éloignés des bordures de champ, comme à Kerouezel ou à Mezdoun.

A Poulyot, il existe un accès au dolmen mais seul un espace très restreint autour du monument (aujourd’hui ruiné) n’est pas labouré.  Autour des menhirs de Traonigou, les terrains des monuments ont été acquis par la mairie, ce qui permet de protéger leurs abords immédiats, sans toutefois faciliter leur accès. En effet, les deux menhirs survivants d’un alignement d’au moins 4 pierres dressées sont noyés dans les ronces.

 

À Saint-Dénec, le champ en herbe a permis de voir la paire de menhirs et, sur une troisième stèle couchée (la quatrième ayant été détruite il y a plusieurs décennies), la gravure de deux haches, l’une des rares encore visibles en place en Bretagne. L’association a également pu constater le bornage autour des monuments, à la suite du bail emphytéotique agréé entre le propriétaire et la mairie. Des ganivelles ont été implantées depuis.

 

Si l’association loue la volonté de protéger ces monuments, elle s’inquiète du découpage trop restreint, qui passe au ras de la stèle gravée.

Bien que Porspoder possède l’un des plus riches patrimoines mégalithiques du Finistère, il est essentiellement connu d’un public d’initiés. S’il existe bien un fléchage des monuments, force est de constater qu’une partie de ce patrimoine n’est pas visible au plus fort de l’été ou qu’il faut le débusquer au détour d’un chemin. L’acquisition de terrains plus importants et l’aménagement de chemins d’accès seraient un préalable pour mieux les mettre en valeur. Une information grand public (panneau, application smartphone, etc.) permettrait aux habitants et aux gens de passage de mieux se les approprier, par exemple sous la forme d’un circuit découverte.

 

Prochaine balade, le 7 novembre!